Dons d'organes et du corps

A savoir, toute personne est considérée comme potentiellement donneuse de ses organes après la mort, sous réserve de son opposition mentionnée au registre national des refus.

Les lois sur la bioéthique du 29 juillet 1994 et du 06 août 2004 ont déterminé un statut juridique du corps humain et de ses éléments. Il est sur le principe inviolable et indisponible.

Donner son corps à la science est une démarche qui se prépare, et ne peut donc être accepté que sur déclaration écrite effectuée « de son vivant ».